Les Arts et Poésie Index du Forum Les Arts et Poésie
Vus par les Lézards du rocher poétique
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La fille et le jeune homme vacillant [partie 6 et fin]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Arts et Poésie Index du Forum -> Lézards en contexte -> Textes de lézards
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
spock27
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 8 Jan - 00:30 (2011)    Sujet du message: La fille et le jeune homme vacillant [partie 6 et fin] Répondre en citant

Pense-t-on jamais à comptabiliser les visites que l’on fait à quelqu’un. Je ne le crois pas. Toutefois, cela devait bien être la dixième ou onzième fois que je franchissais le seuil de son appartement. Et un pressentiment très fort que notre rencontre serait des plus intenses.

En entrant quelque part, on échange quelques paroles, on jette un coup d’œil autour de soi, tout est affaire d’impression.  Les relations, se fier à ses instincts se faisait à la base, d’impressions primales. Ce jour-là quand je rencontrai à nouveau le jeune homme, je sentis dès les premiers moments à ses côtés, que tout avait changé. Il était plus alerte, plus concentré. Il n’arrêtait pas de me serrer la main, de rester en contacts physiques avec moi, de m’accompagner dans cette pièce toujours aussi anonyme, de me proposer un verre. C’était lui et ce n’était pas lui.

Il m’apprit qu’il avait deviné ma visite. Devant ma surprise, il s’expliqua un peu. Il ne savait pas comment mais il avait tout de suite deviné que quelqu’un était venu pendant son absence. Et pourtant, bien que nul indice ne l’indiquait, il savait qu’il s’agissait de moi. Mais il n’était pas indigné, bien au contraire. Sa porte était ouverte, preuve de sa distraction. Par un autre concours de circonstances, la porte de rue l’était également. Il tenait à son intimité mais jusqu’à quels limites, il ne se l’était pas encore imaginé.  Ma visite impromptue lui avait fait du bien.

Il fit une pause et me regarda plus longuement. Mais toi aussi tu as changé. Tu sembles différent, plus posé, voire même serein. Il me fit un clin d’œil.

J.H. – tu ne serais pas tombé à nouveau amoureux
(sourires de connivence, franc de sa part, un peu gêné de mon côté)
G – il se fait que si. Mais c’est une longue histoire.
J.H. – vient dit-il, que je te montre le reste de ce palace.
Et nous fîmes le tour… du propriétaire.

Je connaissais le reste de son logis bien sûr et il le savait. Mais le changement n’était pas que physique, mon ami avait nettoyé de fond en comble son appartement. La chambre par exemple était plus fraîche, plus blanche sans être macabre, comme si on avait aéré un bel hôtel laissé un peu trop longtemps, sans clients et sans maintenance ; c’était surtout dans la cuisine que l’impression de renouvellement était la plus grande. Il n’y avait plus de vaisselle qui traînait, ni de pinceaux orphelins. Tout était rangé et à sa place. Plus de caisses en face de l’évier, mais à la place, judicieusement accrochées aux murs, une myriade de tableaux. L’effet était impressionnant. Tous les tableaux semblaient former une même toile immense ; cela était dû sans doute aux effets similaires du coup de pinceau, le choix des couleurs pour les tons vifs, francs, pour les contrastes vivifiants.
Il m’apprit qu’en rentrant d’un court voyage et après s’être rendu compte d’une visite inattendue, il posa sur son environnement un regard nouveau. Un regard plus objectif, avec quelques reculs.

A cause d’une histoire d’amour malheureuse, il s’était arrêté de peindre ; cela faisait des mois qu’il jouait un personnage qui ne lui plaisait plus. Cette auto-complaisance le rebutait. C’était un gâchis total. Il avait tout sorti des caisses, livres et les périodiques quand c’était nécessaire, avais mis le reste au grenier. Il avait accroché ses meilleures toiles aux murs, celles qui lui semblait dégager les plus grandes forces vives. Il avait même sorti un chevalet, acheté à nouveau du matériel, bref, il se sentait à nouveau créatif.

Les débuts étaient laborieux ; c’était normal. Il avait de l’ambition, voulait changer de style. Il pensait savoir où trouver des idées.
On lui avait renseigné que la bibliothèque de l’endroit était bien fournie en bouquins sur l’art.
G – et en plus, on y fait de belles rencontres, ajoutai-je.

Et je fis à nouveau une retraite stratégique aux toilettes. Le film continuait, autant laisser à l’opérateur le choix de l’enchaînement des images ; j’étais submergé par l’émotion.  Le destin n’était pas cruel, machiavélique, mais il était selon moi et à cet instant précis,  très malicieux.
J . H. - Je te propose, si tu veux, de rester plus longtemps. Nous mangerons ensemble.
Et moi, d’acquiescer.

Et, ce fut sans doute un des plus beaux cadeaux qu’il put m’offrir. Le jeune homme triste se mit enfin à rire.  


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 8 Jan - 00:30 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Dame ondine
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2009
Messages: 7 213
Localisation: ROYAUME-UNI

MessagePosté le: Sam 15 Jan - 23:14 (2011)    Sujet du message: La fille et le jeune homme vacillant [partie 6 et fin] Répondre en citant

Voilà, j'ai lu d'une traite, sans coupures et , au bout de ma lecture, je ne sais pas vraiment où tu voulais en venir. Quand j'avais commencé à lire par chapitres[ 1,2 et 3] j'en venais à me dire, ok. on va voir quelquechose se dessiner, le voile va se lever. Et bien où j'ai loupé quelquechose, mais mis à part le fait que tu as, effectivement essayé de nous amener une sorte de coup de théâtre, c'est lui, c'est elle...je ne suis guère plus avancée. Je n'ai aucune idée de la personnalité de tes protagonistes, elle a eu un amour malheureux, ah bon, il aime la peinture et la musique et le narrateur est complètement paumé, à part ça...En définitive on en sait plus sur son appartement que sur lui. 
 
J'ai aimé pas mal de tes reflexions et les métaphores sont quelquefois élégantes, mais cela ne m'a pas suffi. 
 
Peut-être parce que je ne suis pas assez intellectuelle, je suis plutôt une sens...itive ou uelle, comme tu veux, j'appr♪0hende les choses par l'émotion plus que par le raisonnement, et côté émotion, comme aurait dit mon grand-père, y'en a pas derche... 
 
Je pense que si tu en écris une maintenant, elle sera totalement différente, tu n'écris plus vraiment comme ça, je me trompe? 
 
Je suis désolée A lain, il y a sans doute d'autres lézards qui apprécieront. 
 
à plus 
 
Danie 
 
 

_________________
Life is wonderful


Revenir en haut
spock27
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 16 Jan - 00:43 (2011)    Sujet du message: La fille et le jeune homme vacillant [partie 6 et fin] Répondre en citant

j'avais écrit une réponse pour me faire un peu comprendre mais j'en étais déjà à une page et demi donc je me suis censuré
 

j’avais espéré que tu te mettes un peu plus dans le bain, que tu arrêtes d’attendre le feu d’artifices, les rebondissements, les twists et les dialogues bien juteux mais non, tu as continué la lecture du texte comme tu l’as commencé. Et c’est ton droit, comme moi, c’est mon droit d’écrire sans m’obliger à rendre mes personnages consistants (en suis capable ?), la psychologie des intervenants est très mince ; certes, puisque, comme tu l’as bien deviné ; ils ne font qu’un et sans doute constituent chacun une facette de ce que j’étais en 88, de ce que je faisais en 88. Ecrire et réécrire cette histoire puisque 2/3 du texte date réellement de 2011 a été un vrai plaisir. J’ai retrouvé ces endroits, j’ai retrouvé ce sens du vide, d’un mode de vie décalé, très détaché, avec ces moments creux et ces moments d’ennuis.
 

J’adore ce sentiment de vacuité. Je le trouve (et le recherche) dans les romans français (Houellebecq, Beigbeder) et américains (Douglas Coupland, Canadien en réalité et mon auteur favori, Bret Easton Ellis).
 

Donc oui, il n’y a pas eu de rencontre texte : lecteur, c’est évident. Par contre je récuse ton affirmation comme quoi, il n’y a pas d’émotions dans le texte. Elles s’expriment autrement ; j’allais presque dire, elles sont énoncées plus subtilement mais là, je vais me faire gronder. Disons qu’on est pas chez Hemingway ou Picasso pour faire passer le message mais je n’aime pas ces gens-là non plus. Mais j’aime Artaud, qui était la vie même ; intellectualisé certes mais néanmoins. Il a quand même parcouru le monde (Mexique, l’Irlande) pour essayer de se retrouver.
 

Je n’écrirais plus comme ça maintenant. « le mystère de Marie-Madeleine » est-il si différent ?
Je ne pense pas.
 

Merci Danie pour ton ressenti. Tu as quand même lu jusqu’au bout.
 

Je ne pense pas que je proposerai encore d’autres nouvelles ; le format ne s’y prête pas. Sur T.P., c’était un peu limite également. Mais les textes de deux/trois pages, ça devrait aller et la rubrique que Mél. a créé un peu à ma demande, est vraiment l’endroit que j’aime le mieux sur le site !
 

Bien à toi,
 

alain


Revenir en haut
Dame ondine
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2009
Messages: 7 213
Localisation: ROYAUME-UNI

MessagePosté le: Dim 16 Jan - 11:26 (2011)    Sujet du message: La fille et le jeune homme vacillant [partie 6 et fin] Répondre en citant

Juste une petite mise au point, je n'attendais pas des feux d'artifice ni des dialogues juteux, je suis je crois suffisamment éclectique dans mes gouts et mon écriture...

Tu as cité Houellebecq et cela m'a expliqué beaucoup de choses: Je n'ai jamais été plus loin que la page 20...tu vois.

tu ne devrais pas juger sur le peu de commentaires pour cette nouvelle...ici, tu es sur le site des LÉZARDS, on prend son temps...Tu pourrais être surpris par des coms queques semaines même aprés la parution, ce qui à mon sens prouve que les membres prennent le site au sérieux.

bon week-end

Danie
_________________
Life is wonderful


Revenir en haut
spock27
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 16 Jan - 21:56 (2011)    Sujet du message: La fille et le jeune homme vacillant [partie 6 et fin] Répondre en citant

citer Houellebecq n'était peut-être pas justicieux. je l'avais écris, on l'aime ou on le déteste.

je voulais absolument parler de ce goût de la vacuité, cet attrait littéraire pour le vide, les personnages décalés : il me vient à l'esprit un autre auteur, paradoxalement, un écrivain de polars. Il s'agit d'une célébrité : Henning Mankell, "son" commissaire Wallander traduit très exactement ce que je veux dire par là. C'est très difficile de décrire ce qu'on apprécie et ce que l'on veut dire par "vacuité" "personnages évoluant dans une vie dévidée de sens" mais ce personnage personnifie exactement tout cela. Je pense sincèrement qu'une grande partie du lectorat est passé d'une littérature en prise avec la vie rude mais plus réelle (mettons Hemingway, Kerouac [que j'adorais]) à une littérature plus glacée, plus figée; presque léthale, voire lorgnant vers le mortifère. j'exagère à peine).

sinon, je t'accorde le bénéfice du doute. j'attendrai d'autres réactions quant à mes textes (je ne parle pas des poésies). je maintiens que ceux-ci sont accueillis très peureusement par les membres qui ne semblent pas vraiment y goûter. poésie et textes poétiques sont bien différents d'un texte qui se dévoile autrement et qui a été écrit sans que la beauté en soit la seule cible.

je suis occupé à finaliser un autre texte, moins lénifiant. bien que je m'enchante de ce soudain accès d'inspiration, j'espère que la source se tarissera un peu car tt cela prend du temps. j'aimerais également écrire de la... simple poésie :-) et avoir plus de temps pour vous lire et vous commenter.

mais comme je l'avais déjà expliqué. une fois que l'idée s'implante en soi, il faut finaliser le texte sinon gare aux migraines Smile

à nouveau, merci de m'avoir lu et de me répondre à chaque fois si intelligement. tu remets tout cela en place, calme le grand anxieux que je suis ou du moins, tu lui proposes des arguements qui se tiennent, comme dirait Houellebec : "c'est déjà pas mal!". fin de la pirouette !

al.


Revenir en haut
nine
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 30 Nov 2009
Messages: 4 128
Localisation: Isère

MessagePosté le: Dim 27 Mar - 07:26 (2011)    Sujet du message: La fille et le jeune homme vacillant [partie 6 et fin] Répondre en citant

J'ai enfin fini ma lecture. Enfin, relu le début... je m'étais arrêtée en route.
Je n'ai peut-être pas compris grand chose, mais tout de même, j'ai l'impression que le narrateur, à ce sixième et dernier chapitre, s'est retrouvé. A retrouvé son chez lui. le jeune homme dont il était question au début n'était autre que lui. Mais il ne le savait sans doute plus. D'où une sorte de dédoublement. Et la fille intervient dans le "paysage" encore comme une autre part de lui même. Plus tangible.
Les personnages ne sont pas décrits comme des entités distinctes. je n'ai pas décelé de traits de caractère particuliers à chacun. C'est ce qui me fait dire que tu te projettes, tantôt dans l'un, tantôt dans l'autre.
C'est un peu comme dans les rêves, on est représenté dans chaque personnage.
Je dois dire que j'ai eu beaucoup de mal à parvenir au bout de ma lecture. La concordance des temps est très fantaisiste, et il y a des phrases interminables, quelquefois sans queue ni tête.
J'ai bien aimé certains passages : ceux qui sont descriptifs. Tu es très observateur, et t'accroches au moindre détail.

Bon, c'est pas très positif, tout ça ! Je suis sans doute trop difficile !

Nine


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
spock27
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 27 Mar - 15:00 (2011)    Sujet du message: La fille et le jeune homme vacillant [partie 6 et fin] Répondre en citant

@Nine

non, je suis content d'avoir une réaction.

normalement, l'autre texte avec "séducteur" dans le titre devrait être plus facile

pour les concordances de temps, j'admets qu'il doit y avoir des fautes. en réalité, j'ai recommencé à écrire pour pallier à mes carences en français. un peu comme la mémoire, si on entretient pas :-)

et comme l'avait fait remarque Danie, les trois personnages n'ont pas de réelles personnalités (sauf pour moi : puisque l'histoire est en moi, si je puis dire) mais en poussant un peu l'imaginaire, on pourrait considéré que les qualités et défauts des trois personnages constituent un seul personnage qui serait.... par exemple.... le narrateur

merci d'avoir lu le texte jusqu'au bout.

si si, c'est positif. ce n'est pas une histoire évidente. tout s'y passe au niveau mental; il y a peu d'actions, le tout semble presque se passer comme en rêve !

à l'époque, je vivais un peu comme ça. c'est le boulot qui m'a remis les pieds sur terre, mdr

al.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:07 (2016)    Sujet du message: La fille et le jeune homme vacillant [partie 6 et fin]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Arts et Poésie Index du Forum -> Lézards en contexte -> Textes de lézards Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
World of Warcraft phpBB template "WoWMoonclaw01" created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) (v1.05) - http://www.wowcr.net/templates
© World of Warcraft and Blizzard Entertainment are trademarks or registered trademarks of Blizzard Entertainment, Inc. in the U.S. and/or other countries. wowcr.net is in no way associated Blizzard Entertainment.
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com