Les Arts et Poésie Index du Forum Les Arts et Poésie
Vus par les Lézards du rocher poétique
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Samedi 15 janvier 2011

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Arts et Poésie Index du Forum -> L'éphéméride des Lézards -> Ephéméride et Almanach du jour
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Melenea
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2009
Messages: 3 884
Localisation: Entre rêve et réalité

MessagePosté le: Sam 15 Jan - 10:41 (2011)    Sujet du message: Samedi 15 janvier 2011 Répondre en citant

Nous sommes le Samedi 15 janvier 2011


Nous fêtons aujourd'hui les Rémi : Issu du latin remex, remigis, le rameur.

Histoire : Rémi partage la même étymologie qu'un peuple de la Gaule belgique, les Rèmes, établi dès avant notre ère en Champagne, autour de la ville à laquelle ils donnèrent leur nom, Reims. Ce prénom, devenu spécifiquement français, s'est répandu dès le haut Moyen Âge et, depuis, n'a jamais cessé d'être régulièrement attribué, surtout au nord de la Loire. Dans les années 1980, il a connu une faveur soudaine qui persiste encore aujourd'hui.


Saint Remi
Evêque de Reims (+ 530)
Au propre de France, Rémi est fêté le 15 janvier (dies natalis).
Au propre du diocèse de Reims, il est fêté le 1er octobre, jour de la "translation" des reliques pour y être vénéré par les rémois à l'emplacement où s'élèvera l'actuelle basilique (attesté dès 585 - installation d'un monastère vers 750-760).
Issu d'une grande famille gallo-romaine de la région de Laon, il avait pour mère sainte Céline. A 22 ans, il est choisi comme évêque de Reims et son activité missionnaire s'étend jusqu'à la Belgique. Il fonde les diocèses de Thérouanne, Laon et Arras, crée tout un réseau d'assistance pour les pauvres et joue un rôle de médiateur auprès des Barbares. Quand le chef franc Clovis prend le pouvoir, saint Rémi lui envoie un message "Soulage tes concitoyens, secours les affligés, protège les veuves, nourris les orphelins."
La reine sainte Clotilde, tout naturellement, se tournera vers saint Rémi et vers un autre évêque contemporain, saint Vaast, pour acheminer le roi vers la foi. Après le baptême de Reims, saint Rémi restera, jusqu'à sa mort, l'un des conseillers écoutés du roi et sera l'un des artisans, en Gaule, du retour à la vérité catholique des Burgondes après le bataille de Dijon et des Wisigoths à Vouillé, deux populations contaminées par l'arianisme.



Nous fêtons également les Amaury, Faustine et Rachel


Caractère : Appréciant peu les contraintes, Rémi aime avant tout sa liberté : supportant mal une quelconque discipline, il aime la fantaisie, l'évasion, les voyages et l'aventure. Ennemi de la monotonie, il ressent le besoin de renouveler sans cesse ses émotions et ses sensations, et il ne recherche pas particulièrement les responsabilités. La vie sentimentale et amoureuse est importante chez cet homme affectif et sensuel, parfois très conquérant. Même dans le domaine affectif, il n'appréciera pas d'avoir une quelconque entrave, l'indépendance et la confiance étant nécessaires à son épanouissement : la jalousie, la possessivité ou les questions trop répétées seront très mal supportées...


Dicton météo du jour : « S'il gèle à la Saint-Maur, La moitié de l'hiver est dehors » 


Une citation du jour : «N'entretiens pas l'espoir de ce qui ne peut être espéré. » Pythagore


@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ 

Aujourd'hui c'est votre anniversaire :


Guidé par un besoin d'anticonformisme, vous ne serez jamais là où l’on vous attend : c’est votre côté imprévisible qui refera surface aujourd’hui ! Vous réorganiserez votre journée en fonction de vos envies et vous refuserez de définir un programme ferme et définitif. En couple, votre partenaire réussira tout de même à vous faire prendre conscience que vous ne pouvez pas déroger à certaines contraintes !


@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ 

C'était généralement le 26e jour du mois de nivôse dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de l'étain.


C'est un métal gris-argent, malléable, moyennement ductile à température ambiante. Il est hautement cristallisé et « crie » ou « pleure » lorsqu'on en plie une barre (rupture des liaisons cristallines).
Il résiste à la corrosion par l'eau de mer et l'eau douce, mais peut être attaqué par les acides forts.
C'est une ressource non renouvelable.


@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ 

Célébration :


Le samedi 15 janvier 2011, il n'y a pas de Journée Mondiale répertoriée




@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ 

Intermède poétique :







@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ 

Art et culture :


1622 - le 15 janvier
Un agitateur est né
Jean-Baptiste Poquelin, plus tard ‘Molière’, voit le jour à Paris. Mondialement connu, il est devenu le symbole de l’esprit français, gouailleur et entêté, au même titre que Shakespeare en Angleterre ou Goethe en Allemagne. En quelques années - il meurt le 17 février 1673 d’une congestion pulmonaire - il aura écrit 36 oeuvres dramatiques, initié ce qui deviendra plus tard La Comédie-Française, combattu les travers à la mode comme l’hypocrisie ou l’avarice, et suscité trois scandales parmi les plus célèbres de l’histoire des lettres : ‘L’Ecole des femmes’ (1662), ‘Tartuffe’ (1664) et ‘Dom Juan’ (1665) ont en effet provoqué les foudres de la société bien-pensante de l’époque. Molière n’a dû son salut qu’aux protections successives de Monsieur, frère du roi, et de Louis XIV lui-même.



1826 - le 15 janvier
Figaro-ci, Figaro-là
Naissance du Figaro sous la forme de quatre petites pages hebdomadaires. Ses fondateurs sont Maurice Alhoy, un chansonnier et Etienne Arago, frère du célèbre astronome. Littéraire et satirique, il s'affirme comme un journal "non politique". Son nom lui vient de la trilogie de Beaumarchais dont le journal tire aussi sa devise un peu longue : "Loué par ceux-ci, blâmé par ceux-là, me moquant des sots, bravant les méchants, je me presse de rire de tout... de peur d'être obligé de pleurer." Elle a disparu depuis, tout comme l'apolitisme du journal.



 






1898 : Parution de Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand.


1958 : Première de Vanessa, opéra en quatre actes de Samuel Barber, au Metropolitan Opera de New York.






1962 - le 15 janvier
YSL
Le protégé de Christian Dior, Yves Saint Laurent, ouvre sa propre maison de haute couture à Paris. Né en Algérie en 1936, il n'a que vingt et un ans quand il succède à Dior. Disposant désormais de sa propre marque, il va pouvoir donner libre cours à sa créativité. Il abandonne les jupes courtes pour lancer le port du tailleur avec pantalon.



2009 - le 15 janvier
Ca balance pas mal
Intitulé ‘Mein Preise’, un texte inédit de Thomas Bernhard écrit en 1980 paraît vingt ans après sa mort. L’écrivain passe au crible le système des prix littéraires autrichiens, valables selon lui pour leur seul apport pécuniaire. Ce scandale posthume vient renforcer l’image contestataire de Bernhard qui entretint sa vie durant une relation ambiguë avec sa patrie.



Règlements de comptes posthumes
Bernhard y avoue avoir accepté les quinze prix qui ont récompensé son oeuvre jusqu'en 1979 uniquement pour "des raisons pécuniaires". Il avait notamment reçu le Prix national de littérature en 1968 en créant le scandale. Benrnhard prononça, en effet, un discours très agressif à l'égard de l'Etat, de la culture autrichienne et des Autrichiens eux-même. "Nous Autrichiens sommes apathiques, nous sommes la vie en tant que désintérêt général pour la vie" déclara-t-il.
Composé de phrases courtes et incisives, Mein preise s'en tient au leitmotiv de toute la vie d'écrivain de Bernhard, profondément marqué par le ralliement de l'Autriche à la dictature nazie : "Mon existence tout entière ne répond qu'à la seule volonté de déranger et d'irriter". Sa relation d'amour-haine avec l'Autriche l'avait même amené à interdire la représentation de ses pièces dans son pays natal après sa mort .



@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ 


Quelques Naissances du jour parmi d'autres :


1850 : Mihai Eminescu, poète romantique roumain († 15 juin 1889).


Parmi les flots du temps...
 
Parmi les flots du temps, ma mie, tu m'apparais
Aux bras marmoréens, aux longs cheveux dorés -
Et ton visage pâle, coulé en blanche cire,
Se plie sous quelque tendre chagrin, mais ton sourire
Caresse mes yeux et sa douceur m'enflamme,
Ô femme entre les astres, étoile entre les femmes !
Ton moindre geste peut me faire verser des pleurs
De joie, et dans tes yeux je vois mon seul bonheur.
 
 
Mais des ténèbres froides, comment t'en arracher,
Pour que l'on soit ensemble, cher ange adoré ?
Je veux que mon visage sur le tien se couche,
Sous mes baisers ardents j'étoufferais ta bouche,
En réchauffant ta main frileuse sur mon coeur
En la tenant plus près, plus près de moi encor...
 
 
Mais tu n'es pas du monde d'ici-bas, hélas !
Et tu te perds, - une ombre dans le brouillard de glace,
Et moi je reste seul, les mains pendantes, vides
Ne retenant du rêve qu'un souvenir languide...
En vain mes bras se dressent pour te saisir, chère ombre :
Des flots du temps passé je ne peux pas te rompre
 

traduction : Emanoil MARCU


1869 : Stanisław Wyspiański, dramaturge, poète, peintre, architecte et ébéniste polonais († 28 novembre 1907).


 


1879 : Mazo de la Roche, femme de lettres canadienne (Jalna) († 12 juillet 1961).


Biographie


Mazo De la Roche était l'enfant unique de William Roche, un représentant de commerce, et d'Alberta (Lundy) Roche. C'était une enfant solitaire ; sa famille déménagea à plusieurs reprises au cours de son enfance en raison du mauvais état de santé de sa mère et des emplois variés de son père. Elle devint une lectrice passionnée et développa son propre monde de fiction, qu'elle appelait « La Pièce » (The Play), et au sein duquel elle inventait des scènes et des personnages. Elle écrivit sa première nouvelle à l'âge de neuf ans.
Au hasard des déplacements de la famille, celle-ci s'installa pour quelques années dans une ferme appartenant à un homme fortuné qui considérait son exploitation comme un hobby. C'est là que Mazo commença à développer son univers imaginaire de l'aristocratie rurale, qui allait devenir Jalna.
Alors qu'elle avait sept ans, ses parents adoptèrent sa jeune cousine orpheline Caroline Clement, qui entra dans son jeu de monde imaginaire et allait devenir la compagne de toute sa vie. Elles menaient une vie très retirée et leur relation fut peu évoquée dans la presse. En 1931, elles adoptèrent deux enfants dont les parents décédés avaient été amis des Clement et des de la Roche.
Avant de devenir célèbre, elle vécut pendant cinq ans à Sovereign House à Bronte, déclarée demeure historique par la Bronte Historical Society. Le nom de Whiteoaks dans les Chroniques de Whiteoaks est une allusion à la région d'Oakville-Bronte.


1899 : Louis Guilloux, écrivain français († 14 octobre 1980).


«Si on ne se met pas en question, si on ne court pas une vraie aventure, au bout de laquelle on sera vainqueur ou vaincu avec le risque de se casser la gueule, alors ça n'a aucun intérêt.»
[ Louis Guilloux ] - Extrait d'un Entretien avec Gilles Lapouge - Eté 1976 


1925 : Liu Binyan, écrivain chinois († 5 décembre 2005).


Liu Binyan est un nom chinois ; le nom de famille, Liu, précède donc le prénom.


Liu Binyan (刘 宾 雁), (né le 15 janvier 1925 à Changchun, province du Jilin, dans le nord-est de la Chine - mort le 5 décembre 2005, dans un hôpital du New Jersey, États-Unis), était un journaliste et un écrivain dissident chinois, dont l'œuvre, méconnue en France, offre un regard lucide et critique, de l’intérieur, sur les contradictions de la société chinoise sous le pouvoir communiste. L' un de ses collègues à l’ Université de Princeton, le professeur Perry Link, qualifiait Liu de « conscience de la Chine », affirmant qu'il était « sans peur et incorruptible ».
Dans sa présentation de l'édition française du Cauchemar des mandarins rouges (1989), son éditeur français, Gallimard, affirme que Liu Binyan « est sans conteste le plus grand journaliste chinois. Non pas un zélé propagandiste, non pas un plumitif du Parti, mais un authentique reporter ». Ses enquêtes sur la corruption, les abus de pouvoir, la répression, mettant en exergue la détresse et la solitude des petites gens victimes du système, son parti pris de vérité, lui coûteront vingt-deux ans de persécution.


1929 : Martin Luther King, pasteur baptiste et homme politique américain († 4 avril 1968).





1935 : Robert Silverberg, écrivain et nouvelliste américain.



Prolifique Robert !
Robert SILVERBERG démarra très tôt et très fort : il a publié sa première nouvelle à 18 ans et reçu à 20 ans le prix Hugo de l’auteur le plus prometteur [personne d’aussi jeune n’a jamais remporté ce prix, avant ou après lui.]
Dans la première partie de sa carrière, il innonde les magazines de quantités de nouvelles - assez commerciales. Il publie tellement qu’il est obligé de prendre quantité de pesudonymes : on lui connait plus de 25 noms de plume différents !
Une nouvelle par jour...
On raconte qu’à l’époque il était capable de pondre une nouvelle en une journée, sur le thème commandé et de la longueur souhaitée par l’éditeur. Entre 1957 et 1959, il écrit ainsi plus de 220 textes courts et 11 romans, presque tous republiés ensuite... Pourtant, lassé et frustré par la mauvaise qualité générale de ses écrits, il annonce en 1959 qu’il se retire de la Science-Fiction.
C’est Frederik POHL, alors rédac-chef du magazine Galaxy, qui réussit à le convaincre qu’une SF plus littéraire peut trouver son public...
Une deuxième carrière s’ouvre, pendant laquelle SILVERBERG oublie les poncifs de la SF, les clichés des monstres de l’espace, les happy-end obligatoires. Il devient introspectif, prête attention à la psychologie de ces personnages, adopte un ton pessimiste, plus personnel.
Durant cette période, qui couvre toutes les années 70, il écrit plusieurs chef-d’oeuvres, des drames humains dans des mondes aussi effrayants que l’intérieur d’une cerveau névrosé : des personnages coincés, qui cherchent une issue malgré l’incompréhension des autres. Citons les plus connus : "L’homme dans le labyrinthe", "L’oreille interne", "Les monades urbaines" ou "Les ailes de la nuit"... Autant de chef-d’oeuvres qui appartiennent aujourd’hui à l’Histoire de la Science-Fiction.
Un petit tour... et puis revient
En 1973, il se lasse à nouveau du monde de l’édition, ses romans lui demandent trop d’effort, l’inspiration n’est plus là... En 1978, pour la deuxième fois de sa carrière, SILVERBERG annonce son intention de se retirer de la SF...
Quatre ans plus tard, il se lance avec la "Trilogie de Majipoor", dans une nouvelle série où l’on retrouve sa finesse d’esprit et son originalité, au service d’un univers fantasmagorique. Il imagine un royaume complexe, régi par le rêve et le souvenir, à mi-chemin entre le space-opera et la fantasy.
Sans doute poussé par le succès, il a, plus récemment, donné à ce Cycle un quatrième, un cinquième et un sixième tomes... Enfin, il a en 2004 publié une uchronie étonnante, "Roma AEterna", située dans un univers où la l’Empire romain n’a jamais décliné.
Robert SILVERBEG vit aujourd’hui à San Francisco, et il continue d’écrire tous les jours...




1939 : Agustin Gomez-Arcos, écrivain libertaire espagnol († 20 mars 1998).


« C'est à partir du moment où elle, maman, m'a dit : "Je ne t'ai pas voulu" que j'ai entrepris de remonter dans mon passé larvaire et commencé d'y voir clair. La rancune était née du jour où mon fœtus avait trop gonflé, l'empêchant de se pencher élégamment sur son damné rosier. » l'agneau carnivore.  


1949 :
  • Dan Ar Braz, auteur-compositeur-interprète français.




  • Ronnie Van Zant, musicien américain († 20 octobre 1977).













@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ 

Un livre, une bande dessinée, au hasard


« Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire
J' ai la certitude d'être encore heureux. » Jules Renard




 




Citation:
« Je t'aime parce que tu es à moi. [...] Je t'aime parce que, lorsque tu me regarde. [...] je me sens un héros. [...] Je t'aime parce que je te sens capable d'aimer quelqu'un d'autre, et pourtant, tu n'aimes que moi. »
Citation:

L'agneau Carnivore. A. Gomez-Arcos.
Citation:


"Je" (le narrateur - on ne saura son prénom qu'à la dernière ligne du roman !) reçoit un télégramme laconique de son frère Antonio, expatrié en Amérique depuis 10 ans, alors que lui-même a quitté l'Espagne pour l'Angleterre puis la France. Ce télégramme lui dit "je rentre à la maison". Alors il se précipite vers la demeure ancestrale pour y attendre celui qu'il aime le plus au monde, Antonio. Pendant cette attente, il raconte son passé à ce frère qu'il aime et qu'il attend.
Ce n'est que le 16è jour après sa naissance que "Je" a ouvert les yeux, et les a plongés droit vers ceux de son frère, méconnaissant tous les autres assemblés à son chevet, dont sa mère. Celle-ci, déçue de ne pas avoir accouché d'un monstre, alors même qu'il n'était déjà pas désiré, le délaisse. L'enfant est alors pris en charge par son seul frère qui lui apprendra tout de la vie, ou presque, y compris l'amour, dans tous les sens que peut prendre ce mot.
Quand Antonio est sorti, "je" erre dans la grande demeure familiale, trouve des cachettes d'où il espionne la vie de la maison. Elle, maman (Matilde), névrosée, recluse dans cette grande bâtisse dont toutes les fenêtres sont cloîtrées, pour être comme "sa tombe", et qui passe son temps à téléphoner aux "invisibles". Papa, ou du moins, cette présence muette et indifférente, cette odeur de tabac, ce bruit de voix radiophonique, qui sortent du bureau par la porte entrouverte de cette pièce inaccessible. Et Clara-bonne, la seule qui mette de la lumière du jour dans sa cuisine, et qui s'occupe de toute l'intendance. Petit à petit, aux détours des conversations, il commence la reconstitution d'un puzzle, la résolution d'une égnime : comment tout ce monde en est arrivé là.
Une rencontre inopinée de "je" avec "papa" amène "elle, maman" à se pré-occuper de son éducation : il doit rattraper son retard et aller au lycée. L'enfant "malade" et délaissé est donc guéri ! Mais en Espagne franquiste, pour entrer au lycée il faut être baptisé et communié. On lui donne donc à la fois un précepteur et un catéchiste (confesseur de sa mère). L'un ex-révolutionnaire, l'autre inquisiteur franquiste ; il découvrira bien vite que si leurs discours diffèrent quelque peu, leurs méthodes sont les mêmes.
Et puis il y a toujours Antonio qui lui enseigne tout ce qu'on n'enseigne pas, qui lui fait découvrir des mondes incroyables, qui le protège des peurs des autres. Ce moment de sa vie est celui de la découverte de l'existence d'un monde au-delà les murs du jardin de la maison.
Et il continue alors, peu à peu, de réunir les pièces du puzzle. "Je" découvre que "papa" fut Carlos, vaillant gaillard, dynamique et républicain, brisé par la victoire du franquisme, que "elle, maman" fut une belle jeune fille, amoureuse au point de braver la société et de briser les barrières sociales, qu'il ya eu Clara et Juan. La lente agonie du père, et la confession époustouflante de sa mère lui apportent des pièces supplémentaires. Le puzzle sera achevé par Clara-toujours-là après le décès de Matilde et le départ d'Antonio, marié à une blonde, riche et américaine.
C'est alors l'exil forcé, suite à la faillite familiale. Le retour au pays après le télégramme d'Antonio. L'attente et la narration. Puis Antonio est là, avec sa femme, blonde et américaine, l'histoire peut finir... mais ... comment ?












@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ 

Plaisir du jour trouvé sur le net :




























_________________
Un jour, une vie...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 15 Jan - 10:41 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Dame ondine
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2009
Messages: 7 213
Localisation: ROYAUME-UNI

MessagePosté le: Sam 15 Jan - 17:40 (2011)    Sujet du message: Samedi 15 janvier 2011 Répondre en citant

Léo, sans Léo, c'est pas Léo  
 
signé: Une inconditionnelle  
la deuxième est perdue dans un labyrinthe: NINE!!!nine!!!!Où es-tu?  
 
Molière, un «classique», qui a vécu plus  d'aventures que certains modernes, vous savez ces auteurs « parisiens» qui ne quittent jamais la capitale, suivez mon regard......  
 
J'ai dévoré , adolescente tout Jalna, et je crois que cela m'a donné le gout de la lecture parce que la vitesse à laquelle je l'engouffrais était assez spectaculaire, je devais attendre la semaine suivante pour avoir la suite à la bibliothèque.Et je me rappelle encore du jour où j'en ai eu un à moi, un tout neuf, avec des pages pas coupées, c'était «Retour à Jalna»!  
Alors ,merci Mazo de-la-ROCHE, vous m'avex certainement bien mise sur les rails, je n'ai jamais arrêté depuis!  
 
Sacré Dan ar Braz! il en a bougé des foules dans les années 70, c'était le délire, j'y étais, plusieurs fois. Ceux qui ne sont pas bretons ont peut-être du mal à comprendre, mais c'était notre musique celte qui se dépoussiérait, rencontrait les percussions et ses soeurs de l'autre côté de l'eau dans des danses collectives, pas le déhanchement égocentrique  des discothèques, la musique celtique est partage.  
 
Ils sont mignons les cafards!!!!Merci Mel  
 
à demain   
 
Danie  

_________________
Life is wonderful


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:05 (2016)    Sujet du message: Samedi 15 janvier 2011

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Arts et Poésie Index du Forum -> L'éphéméride des Lézards -> Ephéméride et Almanach du jour Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
World of Warcraft phpBB template "WoWMoonclaw01" created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) (v1.05) - http://www.wowcr.net/templates
© World of Warcraft and Blizzard Entertainment are trademarks or registered trademarks of Blizzard Entertainment, Inc. in the U.S. and/or other countries. wowcr.net is in no way associated Blizzard Entertainment.
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com