Les Arts et Poésie Index du Forum Les Arts et Poésie
Vus par les Lézards du rocher poétique
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Samedi 05 février 2011

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Arts et Poésie Index du Forum -> L'éphéméride des Lézards -> Ephéméride et Almanach du jour
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Melenea
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2009
Messages: 3 884
Localisation: Entre rêve et réalité

MessagePosté le: Sam 5 Fév - 10:55 (2011)    Sujet du message: Samedi 05 février 2011 Répondre en citant

Nous sommes le samedi 05 février 2011


Nous fêtons aujourd'hui les Agathe : L'adjectif agathos signifie, en grec, bon, brave au combat.

Histoire : Mais cette excellence vigoureuse ne s'applique pas qu'à des hommes. Même si l'on retrouve, dans l'histoire, des prénoms masculins formés sur cette racine (Agathange, Agathon, Agathapos...), seule la forme féminine Agathe a survécu. Cette santé, elle le doit peut-être à la grande réputation de sainte Agathe, célèbre dans toute l'Europe dès le haut Moyen Âge.


C'était une jeune vierge chrétienne de Catane, en Sicile, qui, en l'an 251, refusa de céder aux avances du consul Quintianus. Celui-ci la fit mener au supplice : avant de la décapiter, on lui trancha les deux seins... Quand le christianisme devint la religion de l'Empire, au IVe siècle, on porta le voile d'Agathe, pieusement conservé, au sommet de l'Etna. C'est lui qui protège du volcan les Siciliens. Surtout, on fit d'Agathe la patronne des nourrices et des mères qui allaitent. En son honneur la Sainte-Agathe fut proclamée jour férié pour les femmes, les hommes accomplissant les tâches de la maison.


Sainte-Agathe est la patronne des fondeurs de cloches, des pompiers, des bijoutiers, des brasseurs, des infirmières, des bergères et des tisserands. Elle est invoquée contre les tremblements de terre, les orages, les incendies, pour faire faire cesser les éruptions du volcan Etna, pour faire fuir les loups et pour la guérison des maladies de poitrine.




Caractère : Du fait qu'elle possède une certaine profondeur intérieure, Agathe peut aimer l'analyse, la réflexion, voire les réflexions intellectuelles, qui pourraient l'amener un jour à s'intéresser aux domaines de la psychologie, de la parapsychologie, de la sociologie. Elle aime plaire, pouvant apparaître séductrice, parfois même narcissique. Elle aime aussi être nécessaire aux autres c'est son côté « protecteur » mais peut avoir une fâcheuse tendance à en faire trop, se mêlant plus qu'il ne convient des affaires des autres. Enfin, elle apprécie les belles choses (bijoux, toilettes...), le luxe, et tendra à rechercher un nid douillet et confortable. Sentimentalement, elle est sélective, donc difficile dans ses choix, ce qui peut la conduire aux remises en cause ou au divorce, ce que pourtant, au fond d'elle-même, elle n'approuve pas. Elle est aussi exigeante, autoritaire et perfectionniste, aussi faut-il que l'élu soit souple, malléable et estimable.


Nous fêtons également les


Dicton météo du jour : «Si pour la Sainte-Agathe il pleut, Le maïs croit au mieux »


Une citation du jour : «Il y a des occasions où il vaut mieux perdre que gagner. » Plaute


@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ 

Aujourd'hui c'est votre anniversaire :


Grâce à la la présence de la Lune et de Vénus dans les parages, vous aurez toutes les cartes en main pour rendre ce samedi agréable et lumineux. Entre ami(e)s, vous organiserez une fête de dernière minute pour finir en beauté la journée. Célibataire, vous aurez envie de changer de look et de tête. Ce sera le jour de toutes les transformations. C'est à peine si vos proches vous reconnaîtront...


@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ 

C'était généralement le 17e jour du mois de pluviôse dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du lichen.


 

Deux lichens colonisant la tranche d'un piquet de bois. 

Les lichens ou champignons lichénisés sont des organismes composés résultant d'une symbiose entre au moins un champignon hétérotrophe appelé mycobionte, représentant 90% de l'ensemble, et des cellules microscopiques possédant de la chlorophylle (algue verte ou cyanobactérie autotrophe pour le carbone) nommées « photobiontes ». Cette symbiose résulte d'une association (appelée lichénification ou lichénisation) entre le champignon et le photobionte. Ils sont classés dans le phylum des Fungi.
Cette association est durable, reproductible (elle donne naissance à de nouveaux individus, à la formation d'une nouvelle unité fonctionnelle), à bénéfices réciproques pour les partenaires et entraîne des modifications morphologiques et physiologiques (ces dernières liées à des interactions génétiques entre les deux partenaires).
Le mot « lichen » vient du grec λειχἠν (dartre, cal, plante parasite) et se prononce [likɛn]; likèn(e). Il désignait autrefois toutes les structures épiphytes dont les lichens encroûtants, présentés comme des dartres.
Les plus vieux fossiles de lichens datent du cambrien. Certains sont étudiés en France sur les schistes rouges cambriens dans la région de Renne.
L'étude des lichens est appelée « lichénologie ».




@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ 

Célébration :



Le samedi 5 février 2011, il n'y a pas de Journée Mondiale répertoriée



 
 
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ 

Intermède poétique :







@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ 

Art et culture :


1920 - le 5 février
Première manifestation du mouvement Dada
C'est à l'initiative de Tristan Tzara que la première manifestation du mouvement Dada a eu lieu au Grand Palais de Paris. Le Dada, ainsi nommé en 1916 par pur hasard ludique, est un mouvement de révolte né pendant la Première Guerre mondiale dans les milieux intellectuels et artistiques occidentaux et qui s'est traduit par une remise en question radicale des modes d'expression traditionnels. Succédant à des révoltes individuelles et solitaires contre la civilisation occidentale, cristallisée par l'épreuve du conflit de 1914-1918, la contestation culturelle du Dada se manifeste par la gaillardise provocatrice et la dérision, souvent au cours de manifestations publiques. Ses principaux foyers sont Zurich, New York, Berlin, Cologne ou Hanovre. A Paris, le Dada connaît son apogée en tant que mouvement avec des grands noms comme Tristan Tzara, André Breton, Paul Eluard, Louis Aragon, et sa fin avec la victoire de la dissidence surréaliste.



1934 - le 5 février
Tribunal surréaliste
Dali est convoqué par un "tribunal surréaliste" présidé par Breton. Il risque l'exclusion du mouvement. Son "crime" : un tableau, 'L'Enigme de Guillaume Tell', dans lequel Hitler est montré sous un jour favorable, à l'inverse de Lénine. En effet, Dali voit en Hitler un génial Cecil B. DeMille du massacre et de la tuerie. Il se défend de ces accusations en revendiquant la libre transposition des rêves, un fondement de la théorie surréaliste. Difficile pour ses pairs dès lors de le juger pour avoir appliqué à la lettre les principes du groupe... Le tribunal se sépare sans avoir pris de décision, mais le mouvement perçoit ses limites et ses faiblesses intrinsèques.



 



1954 - le 5 février
"Mademoiselle"
Fermée depuis 1939 pour cause de conflit mondial, la maison de haute couture du 31 rue Cambon, rouvre ses portes. A 71 ans, "Mademoiselle" Chanel lance une nouvelle collection. Un petit tailleur de jersey dont elle a le secret en est la signature.



 
 
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ 


Quelques Naissances du jour parmi d'autres :


1626 : Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné, femme de lettres, française († 17 avril 1696).


 
 
Portrait de Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné.
Image, G.AdC 


À la comtesse de Guitaut
Grignan, 20e juillet 1694
« Je suis plus près de vous, ici, que je n’etois à Paris ; il faut cependant que cette lettre y retourne pour aller sûrement à vous. Je partis le 11e de mai, j’arrivai à Lyon le onzième jour, je m’y reposai trois jours, je m’embarquai sur le Rhône, et je trouvai le lendemain, sur le bord de ce beau fleuve, ma fille et M. de Grignan, qui me reçurent si bien et m’amenèrent dans un pays si different de celui que je quittois et où j’avois passé, que je crus être dans un château enchanté. Enfin, Madame, jugez-en, puisqu’on n’y voit ni misere, ni famine, ni maladies, ni pauvres. On croit être dans un autre monde. »
Madame de Sévigné, Lettres, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, III, édition de Gérard Gailly, page 867.




1848 : Joris-Karl Huysmans, écrivain français († 12 mai 1907).


Biographie de Joris-Karl Huysmans
Fonctionnaire pendant de nombreuses années, Charles-Marie-Georges Huysmans, met longtemps à s'avouer sa passion littéraire. Il commence à publier un recueil de poèmes en prose à compte d'auteur en 1874, 'Le Drageoir à épices'. Deux ans plus tard, il se lance dans le roman avec 'Marthe, histoire d'une fille'. En 1877, il publie un article dans une revue bruxelloise qui sera le tournant de sa carrière littéraire. Intitulé 'Emile Zola et l'Assommoir', il fait l'éloge de l'écrivain et finit par se lier d'amitié avec lui et les frères Goncourt. Si bien qu'après son deuxième roman (' Les Soeurs Vatard'), Huysmans participe à un ouvrage collectif d'orientation naturaliste, 'Les Soirées de Médan' (1880) dans lequel il publie une nouvelle 'Sac au dos'. Il se brouille avec Zola à la suite de la publication de son roman 'A Rebours' (1884) qu'il admettra plus tard être une dénonciation du naturalisme. Le reste de son oeuvre est ensuite lié à ses changements de philosophie personnelle. 'En Ménage' et 'A vau-l' eau' sont empreints de son pessimisme, tandis que le personnage de 'Là-bas' (1891) se fait l'écho du satanisme de l'auteur. Il évolue ensuite vers le catholicisme avec 'La Cathédrale' (1896). Huysmans écrit par ailleurs des articles sur l'art en relation avec les salons et expositions tenues au début des années 1880. Il meurt d'un cancer en 1907.


«La réalité ne pardonne pas qu'on la méprise ; elle se venge en effondrant le rêve, en le piétinant, en le jetant en loques dans un tas de boue !»
[ Joris-Karl Huysmans ] - Là-bas
 
 

 
 
«L'âme est une sorte d'aérostat qui ne peut monter, atteindre ses fins dernières dans l'espace, qu'en jetant son lest.»
[ Joris-Karl Huysmans ] - En route 




1914 : William Seward Burroughs, romancier et poète américain († 2 août 1997).


1952 : Daniel Balavoine, chanteur français († 14 janvier 1986).





1969 : Bobby Brown, chanteur américain.





1977 : Simone Cristicchi, chanteur italien, auteur-compositeur-interprète.





1981 : Julie Zenatti, chanteuse française.





 
 

 
 
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ 

Un livre, une bande dessinée, au hasard


« Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire 
 
J' ai la certitude d'être encore heureux. » Jules Renard 

"Le festin nu" de William S. Burroughs, Voyage au bout des monstres intérieurs...


 



A l'occasion des 30 ans de sa collection "L'Imaginaire" (et des 10 ans de la mort de l'auteur), les éditions Gallimard ont ré-édité en tirage limité le roman de William S. Burroughs, "Le festin nu", accompagné du DVD de Cronenberg. Chef de file de la "Beat generation" aux côtés de Kerouac (avec "Sur la route") et du poète Ginsberg (avec ""Howl et Kaddish") et symbole de la contre-culture américaine, le "Festin Nu" est le livre le plus emblématique et légendaire de cette littérature "maudite" sous le signe du sexe sans entraves ni tabous, de la marginalité, des drogues et de la violence... Mais aussi une réflexion sur les moeurs modernes, la morale, ou encore le flicage et la culture (de consommation) de la société occidentale... Ecrit à la suite de "Junkie" et de "Queer", ses confessions douloureuses sur sa vie de drogué et son homosexualité frustrée, "Le festin nu" a été rédigé à l’époque la plus sombre – ou la plus heureuse de sa vie ? – lorsqu’il vivotait de came plus ou moins coupée dans un bouge infect de Tanger. C'est à Paris en 1958, qu'il met en forme ses notes éparpillées, dont le titre a été soufflé par Kerouac. Le festin nu est "cet instant pétrifié et glacé où chacun peut voir ce qui est piqué au bout de sa fourchette.", selon son explication. L’éditeur français Olympia Press l’imprime en 1959. Après un débat houleux sur sa violence et sa soi-disant pornographie, "Naked Lunch" paraît aux Etats-Unis en 1962, mais s'attirera les foudres de la censure américaine puritaine et sera même condamné en 1965. Qualifié de "visionnaire de la littérature moderne", il est l'un des premiers, dès les années 60, à dénoncer les méfaits du capitalisme et l’utilisation des hommes comme des objets économiques mais aussi des applications de la science et de la génétique sur l'humain.
S'attabler à ce "festin nu" c'est pénétrer les arcanes hallucinées de l'écrivain camé, fou, dangereux, pénétrer ses fantasmes et délires tour à tour grotesque, surréaliste, horrifique, absurde ou au contraire miraculeusement et incroyablement lucide et juste.
C'est en tout cas une expérience éprouvante et déroutante, parfois fastidieuse si l'on ne parvient pas à lâcher prise et à accepter de suivre, voire de se perdre, dans ses convulsions et cauchemars paranoïdes, sans en rechercher à tout prix un lien ou une interprétation logique...



"Dans la nuit absolue de la réclusion, la bouche et les yeux ne font plus qu'un organe qui déchiquette l'air de ses dents transparentes... mais les organes perdent toute constance, qu'il s'agisse de leur emplacement ou de leur fonction... des organes sexuels apparaissent un peu partout... des anus jaillissent, s'ouvrent pour déféquer puis se referment... l'organisme tout entier change de texture et de couleur, variations allotropiques réglées au dixième de seconde..."
Juger un livre culte, porté aux nues par toute une génération de lecteurs n'est pas un exercice aisé.
"Le festin nu" s'adresse tout du moins à un public averti (ceux qui n'ont pas "l'estomac fragile" pour reprendre l'expression de Burroughs) tant par les thèmes qu'il aborde que par sa forme iconoclaste faite de "cut up" ("collage") ou encore de visions délirantes de l'auteur. Il ne raconte pas d'histoire à proprement parler mais mixe plutôt une série de saynètes, d'épisodes ou de dialogues découpés en 21 chapitres, où domine la voix du narrateur "Lee" (double de Burroughs). Il est donc assez facile de perdre le fil si on entre pas dans le "délire" de l'auteur : un monde absurde, grotesque comique, noir, dépravé, dictatorial, truffé de médecins fous, de dictateurs fragiles, d'homosexuels brimés, de putains cannibales ou encore de lieutenants libidineux, etc.

Les premiers chapitres sont essentiellement consacrés aux
affres de sa toxicomanie "à bout de veines". On y trouve de mémorables passages décrivant les effets dévastateurs des psychothropes sur le corps et l'esprit ou encore les différences subtiles entre fumeurs d'opium et les adeptes de la cocaïne... Ils comptent parmi les plus réussis avec l'introduction préalable qui explique, comme cela n'avait encore jamais été fait, la condition et la psychologie de l'homme dépendant de la drogue. "(...) le camé ne veut pas être au chaud, il veut être au frais, au froid, au Grand Gel.(...) Voilà la vie qu'on mène dans la Chambre froide... Pourquoi s'agiter, pourquoi perdre son temps ? Il reste encore une place à l'intérieur, Monsieur."










@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ 

Plaisir du jour trouvé sur le net :







_________________
Un jour, une vie...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 5 Fév - 10:55 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Messager
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 5 Fév - 11:46 (2011)    Sujet du message: Samedi 05 février 2011 Répondre en citant

Quelle pugnacité et quel ouvrage, Mel !
C'est toujours très intéressant votre éphéméride qui au demeurant est une page de culture ouverte....


Revenir en haut
Dame ondine
Modérateur

En ligne

Inscrit le: 27 Juil 2009
Messages: 7 216
Localisation: ROYAUME-UNI

MessagePosté le: Sam 5 Fév - 12:28 (2011)    Sujet du message: Samedi 05 février 2011 Répondre en citant

Et allez, ce coup-ci on a fait un pas supplémentaire dans le martyre! n'en jetez plus! 
 
Ce qui me fait rigoler, c'est que, du coup, l'Agathe elle est devenue la patronne des fondeurs de cloches[ à la rigueur, pour la forme] et des pompiers!??!,et, en plus voilà qu'elle fait peur aux loups...pauvres loups...planquez-vous, V'là l'Agathe!!! 
 
 
 
 
J'ai aimé l'intermède, enfin, j'aime sa voix, le poème est un peu long et tourne en rond...c'est dur les bons sentiments 
[on doit tous avoir un vilain côté, on s'en lasse...] 
 
La Marquise, aujourd'hui, elle aurait son blog, et Dieu nous préserve, elle y déblatérerait sans fin...une de plus 
 
Balavoine, quand on a une pareille non-voix, il faudrait compenser avec du texte et pas cet amoncèlement de banalités prétentieuses[ quand on les comprend...les cours de diction, ça existait à l'époque] 
 
au moins, j'ai eu mes quelques minutes d'exercice linguistique[lui, il articule...] 
 
à demain, j'ai plein de coms à poster 
 
Danie 
 
 

_________________
Life is wonderful


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:09 (2016)    Sujet du message: Samedi 05 février 2011

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Arts et Poésie Index du Forum -> L'éphéméride des Lézards -> Ephéméride et Almanach du jour Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
World of Warcraft phpBB template "WoWMoonclaw01" created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) (v1.05) - http://www.wowcr.net/templates
© World of Warcraft and Blizzard Entertainment are trademarks or registered trademarks of Blizzard Entertainment, Inc. in the U.S. and/or other countries. wowcr.net is in no way associated Blizzard Entertainment.
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com