Les Arts et Poésie Index du Forum Les Arts et Poésie
Vus par les Lézards du rocher poétique
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Jeudi 10 février 2011

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Arts et Poésie Index du Forum -> L'éphéméride des Lézards -> Ephéméride et Almanach du jour
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Melenea
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Juil 2009
Messages: 3 884
Localisation: Entre rêve et réalité

MessagePosté le: Jeu 10 Fév - 07:09 (2011)    Sujet du message: Jeudi 10 février 2011 Répondre en citant

Nous sommes le Jeudi 10 février 2011


Nous fêtons aujourd'hui les Arnaud : Arnaud est issu du vieux germanique arn, l'aigle, et wulden, le pouvoir.

Histoire : Son prénom invoque donc le majestueux oiseau de proie, symbole de liberté, d'agressivité et de puissance, le roi des airs. Arnaud a longtemps été, en France, un prénom apprécié des familles aristocratiques et peu répandu dans les autres milieux... Dans les années 1970, il a connu un succès imprévu qui en fait un prénom " à la mode ". Sans prétendre à figurer en tête des palmarès, il reste aujourd'hui assez usité.


Au XIIIe siècle, Arnaud Cateano, descendant d'une illustre famille de Padoue (Italie), fut abbé du monastère bénédictin de Sainte-Justine. Son zèle religieux lui valut les persécutions du seigneur local, Ezzelino, sanglant débauché que Dante a placé dans son Enfer. Capturé, Arnaud fut jeté en prison et succomba, en 1255, aux mauvais traitements.


Caractère : Arnaud aime la liberté et fait toujours ce que bon lui semble. Il n'accepte pas aisément les contraintes des autres. Il adore le mouvement, les voyages, l'aventure ou les aventures, ainsi que les remises en question ! Toutes les expériences sont bonnes à vivre pour ce don Juan en quête permanente de nouveauté. Les sentiments et les grands engagements ne lui sont pas fondamentalement destinés. Séducteur, parfois libertin, la fidélité ne figure pas en première place parmi ses qualités, et pourtant il se montrera féroce si sa compagne use des mêmes libertés. Très viril, sa sexualité est forte, contrairement à sa sensibilité.




Dicton météo du jour : «Quand la bise oublie févier, elle arrive en mai »


Une citation du jour : «Il faut prendre conscience de l'apport d'autrui, d'autant plus riche que la différence avec soi-même est plus grande. » Albert Jacquard

  
  
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@  

Aujourd'hui c'est votre anniversaire :


Votre tempérament excessive reprendra le dessus. Soit vous en faites trop, soit vous n’en faites pas assez. Et aujourd’hui encore, vous n’aurez aucun sens de la mesure ! Au lieu de dire les choses telles qu’elles sont en réalité, vous chercherez à en mettre plein la vue à vos interlocuteurs. Célibataire, vos coups d'éclats n'auront pas l'effet escompté. Plus vous serez dans la démonstration, moins l'on s'intéressera à vous.


@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@  

C'était généralement le 22e jour du mois de pluviôse dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du thymèle.


Le daphné garou, garou (Daphne gnidium), thymèle ou Saint-Bois est un arbuste de la famille des Thyméléacées.


Le Garou est un arbuste des garrigues méditerranéennes et des sables atlantiques. On le trouve dans les lieux arides et sablonneux du Midi et du Sud-Ouest, de Provence, Languedoc, Roussillon Gironde, Charente maritime, Vendée ; Corse et Région méditerranéenne.


  
Daphne gnidium   
  

  
  
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@  

Célébration :



Le jeudi 10 février 2011, il n'y a pas de Journée Mondiale répertoriée



@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@  

Intermède poétique :







  


  
  
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@  

Art et culture :


1634 - le 10 février
Et pourtant elle tourne !
A 70 ans, traduit devant le tribunal de l'inquisition, Galilée, après vingt jours de procès, abjure sa doctrine. Suite à une observation assidue du ciel, il s'était rallié en 1610 au système de Copernic qui place le Soleil, et non plus la Terre, au centre de l'univers. Il bouleverse le dogme chrétien qui met l'homme au centre de toute chose. Accusé d'hérésie, il doit pour se sauver renier l'oeuvre de sa vie. Et pourtant, il en est convaincu : la Terre tourne !



1635 - le 10 février
Fondation de l'Académie française
Louis XIII et Richelieu décident de créer une nouvelle institution de quarante membres élus à vie, capables de donner à la langue française des règles précises pour qu'elle puisse se substituer au latin. Pour le cardinal, elle constitue un moyen de contrôle sur toute espèce de réunion, même intellectuelle. Sa première tâche sera de rédiger un dictionnaire.



@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@  


Quelques Naissances du jour parmi d'autres :


1795 : Ary Scheffer, peintre français d’origine hollandaise († 15 juin 1858).


  


1843 : Adelina Patti, chanteuse d'opéra (soprano colorature) italienne († 27 juillet 1919).





1890 : Boris Pasternak, poète et écrivain russe († 31 mai 1960).


  


Biographie de Boris Pasternak
Fils d'artistes - son père était professeur de peinture et sa mère pianiste - Boris Pasternak grandit dans un univers intellectuel fécond. D'illustres personnages, à l'image de Rilke ou de Tolstoï, rendent régulièrement visite à ses parents et le sensibilisent à l'art et aux lettres. Après quelques années d'études à l'université de Saint-Pétersbourg, il publie en 1914 et 1917 deux recueils de poèmes qui ne connaîtront pas la notoriété méritée. Teintés de musicalité, ils sortent dans l'indifférence générale. En revanche, son livre de poèmes 'Ma soeur, la vie', écrit en 1917 et imprimé en 1922, le consacre auprès du grand public russe. Durant la première guerre mondiale, il enseigne et travaille dans une usine chimique de l'Oural. Cette expérience lui permet de constituer le terreau de sa fameuse saga 'Docteur Jivago', quelques années plus tard. En 1958, le roman est récompensé par le prix Nobel de littérature. En dépit d'une renommée internationale, l'URSS refuse de publier l'ouvrage. Pire encore, Pasternak subit la critique acide de l'union des écrivains soviétiques. Il décide de ne pas accepter le prix. Boris Pasternak meurt en 1960, laissant derrière lui une série de poèmes, d'oeuvres en prose et de traductions variées de poètes géorgiens ou même de Shakespeare.




DÉFINITION DE LA POÉSIE

C’est un bruit de glaçons écrasés, c’est un cri,
Sa strideur qui s’accroît et qui monte,
C’est la feuille où frémit le frisson de la nuit,
Ce sont deux rossignols qui s’affrontent,

C’est la suave touffeur d’une rame de pois,
L’univers larmoyant dans ses cosses,
Le jardin potager où Figaro s’abat
En grêlons du pupitre et des flûtes.

C’est cela qu’à tout prix retenir veut la nuit
Dans les fonds ténébreux des baignades
Pour porter une étoile au vivier dans les plis
De ses paumes mouillées, frissonnantes.

On étouffe, plus plat que les planches sur l’eau,
Et le ciel est enfoui sous une aune.
Il siérait aux étoiles de rire aux éclats,
Mais quel trou retiré que ce monde!

(In Ma sœur la vie, 1922)   


1898 :
  • Joseph Kessel, aventurier, journaliste et romancier français († 23 juillet 1979).



  


Biographie de Joseph Kessel


Fils de parents russes, Joseph Kessel fait ses études à Paris et choisit le journalisme. Lors de la Première Guerre mondiale, il découvre en Sibérie le goût de l'aventure. A son retour, il publie un recueil de nouvelles, 'La Steppe rouge' : succès immédiat confirmé par 'L' Equipage'. Il alterne alors voyages, grands reportages et vie mondaine. 'Les Captifs' reçoit le prix de l'Académie française en 1926 et le rend célèbre. En 1936, il dénonce la menace nazie dans 'La Passante du sans-souci' et part pour un projet de travail aux Etats-Unis. Puis il s'engage dans la Résistance et rejoint Londres d'où il s'envole pour la France lors de la Libération. Il poursuit ensuite sa carrière de journaliste et couvre les grands procès d'après-guerre. D'Afrique, il rapporte 'Le Lion' qui lui vaut une gloire internationale, consacrée par son élection à l'Académie française en 1962. Quatre ans plus tard, il signe son plus beau roman, 'Les Cavaliers', fait un dernier voyage en Afghanistan et meurt d'une crise cardiaque à 80 ans.


«Un ami, c'est à la fois nous-mêmes et l'autre, l'autre en qui nous cherchons le meilleur de nous-mêmes, mais également ce qui est meilleur que nous.»
[ Joseph Kessel ]
  
  

  
  
« Au cœur de la mêlée, l’un des joueurs surgit, accroché contre sa monture dressée à la verticale et, par-dessus la crinière, il brandissait la carcasse du bouc déjà vidée à moitié de sang et de substance. Vingt démons aux traits tordus par le désir et l’effort, les bouches déchirées par leurs hurlements, le cernèrent aussitôt sur leurs bêtes cabrées,et chacun d’eux tendait vers lui des mains pareilles à des serres énormes »  
  
   
  
Les cavaliers   
  
 Joseph Kessel  
  
édition Gallimard  



  • Bertolt Brecht, poète, metteur en scène et dramaturge allemand († 14 août 1956).



  


Un des derniers textes écrits par Bertolt BRECHT : Le poème aux jeunes.


Je vécus dans les villes au temps des désordres et de la famine
Je vécus parmi les hommes au temps de la révolte
Et je m'insurgeais avec eux
Ainsi passa le temps qui me fut donné sur la Terre
Je mangeais en pleine bataille
Je me couchais parmi des assassins
Négligemment je faisais l'amour et je dédaignais la nature
Ainsi passa le temps qui me fut donné sur la Terre
De mon temps les rues conduisaient aux marécages
La parole me livra aux bourreaux
J'étais bien faible mais je gênais les puissants
Ou du moins je le crus
Ainsi passa le temps qui me fut donné sur la Terre
Les forces étaient comptées
Le but se trouvait bien loin il était visible pourtant
Mais je ne pouvais pas en approcher
Ainsi passa le temps qui me fut donné sur la Terre
Vous qui surgirez du torrent où nous nous sommes noyés
Songez quand vous parlez de nos faiblesses
A la sombre époque dont vous êtes sortis
Nous traversions les luttes de classes
Changeant de pays plus souvent que de souliers
Désespérés que la révolte ne mît pas fin à l'injustice
Nous le savons bien
La haine de la misère creuse les rides
La colère de l'injustice rend la voix rauque
Ô nous qui voulions préparer le terrain de l'amitié
Nous ne sûmes pas devenir des amis
Mais vous quand l'heure viendra où l'homme aide l'homme
Pensez à nous avec indulgence


Pour ceux qui souhaitent la version intégrale :
A ceux qui viendront après nous.
I
Vraiment, je vis en de sombre temps ! Un langage sans malice est signe De sottise, un front lisse D’insensibilité. Celui qui rit N’a pas encore reçu la terrible nouvelle.
Que sont donc ces temps, où Parler des arbres est presque un crime Puisque c’est faire silence sur tant de forfaits ! Celui qui là-bas traverse tranquillement la rue N’est-il donc plus accessible à ses amis Qui sont dans la détresse ?
C’est vrai : je gagne encore de quoi vivre. Mais croyez-moi : c’est pur hasard. Manger à ma faim, Rien de ce que je fais ne m’en donne le droit. Par hasard je suis épargné. (Que ma chance me quitte et je suis perdu.)
On me dit : mange, toi, et bois ! Sois heureux d’avoir ce que tu as ! Mais comment puis-je manger et boire, alors Que j’enlève ce que je mange à l’affamé, Que mon verre d’eau manque à celui qui meurt de soif ? Et pourtant je mange et je bois.
J’aimerais aussi être un sage. Dans les livres anciens il est dit ce qu’est la sagesse : Se tenir à l’écart des querelles du monde Et sans crainte passer son peu de temps sur terre. Aller son chemin sans violence Rendre le bien pour le mal Ne pas satisfaire ses désirs mais les oublier Est aussi tenu pour sage. Tout cela m’est impossible : Vraiment, je vis en de sombre temps !

II
Je vins dans les villes au temps du désordre Quand la famine y régnait. Je vins parmi les hommes au temps de l’émeute Et je m’insurgeai avec eux. Ainsi se passa le temps Qui me fut donné sur terre.
Mon pain, je le mangeais entre les batailles, Pour dormir je m’étendais parmi les assassins. L’amour, je m’y adonnais sans plus d’égards Et devant la nature j’étais sans indulgence. Ainsi se passa le temps Qui me fut donné sur terre.
De mon temps, les rues menaient au marécage. Le langage me dénonçait au bourreau. Je n’avais que peu de pouvoir. Mais celui des maîtres Etait sans moi plus assuré, du moins je l’espérais. Ainsi se passa le temps Qui me fut donné sur terre.
Les forces étaient limitées. Le but Restait dans le lointain. Nettement visible, bien que pour moi Presque hors d’atteinte. Ainsi se passa le temps Qui me fut donné sur terre.

III
Vous, qui émergerez du flot Où nous avons sombré Pensez Quand vous parlez de nos faiblesses Au sombre temps aussi Dont vous êtes saufs.
Nous allions, changeant de pays plus souvent que de souliers, A travers les guerres de classes, désespérés Là où il n’y avait qu’injustice et pas de révolte.
Nous le savons : La haine contre la bassesse, elle aussi Tord les traits. La colère contre l’injustice Rend rauque la voix. Hélas, nous Qui voulions préparer le terrain à l’amitié Nous ne pouvions être nous-mêmes amicaux.
Mais vous, quand le temps sera venu Où l’homme aide l’homme, Pensez à nous Avec indulgence.





1927 : Leontyne Price, soprano américaine.





1929 : Jerry Goldsmith, compositeur américain. († 21 juillet 2004)






1949 : Maxime Le Forestier, chanteur français.




1981 : Natasha Saint-Pier (né à Bathurst (Nouveau-Brunswick)), chanteuse canadienne.













  
  
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@  

Une expression décortiquée :



« Autant / au temps pour moi »


Admettre avoir commis une erreur.


Voilà une expression qui a fait et continuera certainement à faire couler beaucoup d'encre et à briser des ménages.
J'ai volontairement proposé les deux écritures à propos desquelles il y a de féroces batailles dont on peut aisément trouver des traces au sang encore frais sur le web.

Alors pour commencer, je copie-colle ici (et non pas je co-picole, comme avec un compagnon de beuverie !) un extrait d'une page du site de l'Académie Française qui est très affirmative sur l'origine de cette expression :
« Il est impossible de savoir précisément quand et comment est apparue l’expression familière au temps pour moi, issue du langage militaire, où au temps ! se dit pour commander la reprise d’un mouvement depuis le début (au temps pour les crosses [1], etc.). De ce sens de "c’est à reprendre", on a pu glisser à l’emploi figuré. On dit au temps pour moi pour admettre son erreur - et concéder que l’on va reprendre ou reconsidérer les choses depuis leur début. L’origine de cette expression n’étant plus comprise, la graphie autant pour moi est courante aujourd’hui, mais rien ne la justifie. »
Si l'Académie le dit, c'est que c'est probablement la bonne hypothèse, non ?

Oui mais voilà !
Outre que la date d'apparition n'est visiblement pas connue du tout de nos vénérables académiciens, on ne trouve pas, dans la littérature ancienne, de trace écrite de ce au temps ... ! avec le sens de notre expression, sauf à partir du début du XXe siècle seulement (chez Roland Dorgelès en 1923, par exemple).
Peut-être allez-vous me dire que, les militaires étant occupés à s'entraîner ou à combattre, ils avaient peu le temps d'écrire. C'est effectivement possible ! Mais quand même, il ne manquerait pas de rapporteurs de la vie des militaires pour citer cette chose plus amplement, non ?

Alors nous allons quitter le cercle des académiciens pour passer à l'ellipse.
En effet, si on admet la graphie autant pour moi, on imagine aisément, vu le genre de situation où elle est utilisée, qu'elle est une forme elliptique de quelque chose comme « tu as commis une erreur et tu mérites des critiques, mais j'en ai autant pour moi, puisque j'ai commis la même ». On pourrait donc le prendre comme une sorte de moquerie, accompagnée d'indulgence, adressée à soi-même à propos d'une chose qu'on n'aurait pas faite complètement comme on aurait dû.

Or, il apparaît qu'on trouve, chez Antoine Oudin en 1656, dans son Curiositez françoises pour supplément aux dictionnaires la locution autant pour le Brodeur signifiant « raillerie pour ne pas approuver ce que l'on dit ».
Notez que Brodeur est écrit avec une majuscule. Qu'est-il ? Qui est-il ? Nul ne le sait plus. Mais il n'empêche que cette forme et son sens ressemblent furieusement à notre expression et à sa signification, non ?
Du coup, on pourrait jubiler en se disant qu'on a trouvé l'amorce de la vérité. Mais après, comment expliquer pourquoi on a du mal à trouver d'autres traces écrites de ce même autant pour... avant le XXe siècle ?

Alors quelle graphie faut-il retenir ? Je vous laisse faire le choix en votre âme et conscience, car je ne saurais en aucun cas être aussi affirmatif que les tenants de l'une ou l'autre.

Mais que cela ne vous empêche pas, lorsque vous co-picolez dans un bar avec quelqu'un, et que votre collègue redemande une bière, de dire, sans vous tromper, « autant pour moi ! ».
Et, comme vous ne voulez finalement pas un demi, mais un triple Martini-Vodka-fraise, de rajouter « autant / au temps (selon votre conviction profonde) pour moi ! » avant de passer votre véritable commande.

[1] Au temps pour les crosses ! aurait été employé lorsque le mouvement des armes n'était pas synchrone et lorsque le bruit des crosses touchant le sol était irrégulier.




  
  
@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@  

Le saviez-vous ?


Les plus longs romans de l’Histoire


Établir la liste des plus longs romans pose le problème des critères utilisés qui peuvent influencer les résultats. Si les nombres de mots et de caractères sont couramment utilisés dans ces comparaisons, ces termes peuvent devenir ambigus, parfois même interchangeables, suivant le langage considéré.


La définition du roman en tant que tel pose également problème. Pour les besoins de cette liste, la définition suivante sera retenue : un roman est une œuvre littéraire narrative unique, imprimée ou sous forme électronique, qui est publiée par une maison d'édition qui en a acquis les droits de publication auprès de l'auteur. De par cette définition, cette liste ignorera intentionnellement bon nombre de textes de grande longueur, tels que encyclopédies et ouvrages autoédités.





Le plus long roman en alphabet latin ou cyrillique est Artamène ou le Grand Cyrus de Madeleine et Georges de Scudéry. Publié en dix volumes entre 1649 et 1653. Ce roman à clef contient 2,1 millions de mots.
Le roman à clef touche personnellement un ou plusieurs individus, leur prêtant des actions, des propos, des comportements, entourés d'un parfum de scandale qui ne contribue généralement pas peu au succès de l'ouvrage. Ce genre sulfureux permet en effet, en s'abritant derrière le paravent transparent d'une fiction, de régler des comptes tout en s'épargnant d'éventuelles suites judiciaires.
Le texte complet est disponible en ligne.



À la recherche du temps perdu de Marcel Proust est, quant à lui, le plus long roman couramment lu. 9.609.000 caractères, près de 1,5 million de mots. Cet ouvrage détient le record du plus long roman dans le Livre Guinness des records. Il fut publié en sept volumes entre 1913 et 1927 ; il existe toutefois actuellement une édition en un volume de 2.400 pages.


Les langues de l'Asie orientale, comme le chinois ou le japonais, sont écrites de manière plus compacte que leurs équivalents occidentaux. Ceci explique que les œuvres composées dans ces langues sont souvent nettement plus longues dans des versions traduites.
Néanmoins, le plus long roman en alphabet autre que latin ou cyrillique est Tokugawa Ieyasu de Sohachi Yamaoka. Les 40 volumes de ce roman historique ont été publiés en série entre 1950 et 1967. Le texte complet comprend plus de 10 millions de caractères japonais. Il s'agit du plus long roman japonais mais également d'un des plus longs jamais écrit.







Sources : http://vouloirtoujourstoutsavoir.blogspot.com


@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@  

Plaisir du jour trouvé sur le net :







_________________
Un jour, une vie...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 10 Fév - 07:09 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Artnow
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2010
Messages: 242

MessagePosté le: Jeu 10 Fév - 08:11 (2011)    Sujet du message: Jeudi 10 février 2011 Répondre en citant

de droles d'oiseaux ces arnaud même si parfois il doit y avoir qq écarts comportementaux selon les specimen. Merci en tous cas, c'est marrant de se lire un peu Wink  et d'apprendre sur son prénom

Revenir en haut
Dame ondine
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2009
Messages: 7 212
Localisation: ROYAUME-UNI

MessagePosté le: Sam 12 Fév - 11:10 (2011)    Sujet du message: Jeudi 10 février 2011 Répondre en citant

Avec tous mes problèmes d'ordi, j'ai loupé les éphémérides depuis 3 jours, mais en relisant celui-ci et si je n'ai que quelques minutes, je voudrais simplement saluer Monsieur Kessel qui m'a donné sans doute parmi mes plus belles heures d'évasion.

Ce qui me semble, sans doute, le plus significatif, c'est que lorsque j'enseignais le Français en  lycée technique, j'étais confrontée à un groupe de filles qui ne lisaient JAMAIS...jusqu'au jour où je choisis"Le lion" en lecture suivie,[ en me faisant taper sur les doigts par l'inspectrice parce que ce n'était pas au programme...là, vous m'arrêtez, tout de suite, parce que j'en aurais des choses à dire...] et la qualité d'écoute dans la classe, où vous auriez entendu une mouche voler, et la chaleur des débats, m'a donné un de mes plus chauds moments d'enseignante...et...quelques-unes, oui, ont commencé à acheter des livres de poche, parce que c'était plus passionnant que"Nous deux"!


Voilà, mais, moi j'ai une préférence pour"Fortune carrée"

Danie
_________________
Life is wonderful


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:33 (2016)    Sujet du message: Jeudi 10 février 2011

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Arts et Poésie Index du Forum -> L'éphéméride des Lézards -> Ephéméride et Almanach du jour Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
World of Warcraft phpBB template "WoWMoonclaw01" created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) (v1.05) - http://www.wowcr.net/templates
© World of Warcraft and Blizzard Entertainment are trademarks or registered trademarks of Blizzard Entertainment, Inc. in the U.S. and/or other countries. wowcr.net is in no way associated Blizzard Entertainment.
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com