Les Arts et Poésie Index du Forum Les Arts et Poésie
Vus par les Lézards du rocher poétique
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

lundi 23 janvier...12

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Arts et Poésie Index du Forum -> L'éphéméride des Lézards -> Ephéméride et Almanach du jour
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Dame ondine
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2009
Messages: 7 385
Localisation: ROYAUME-UNI

MessagePosté le: Lun 23 Jan - 10:51 (2012)    Sujet du message: lundi 23 janvier...12 Répondre en citant

Bonjour  
 
 
Bonne Fête à toutes les MESSALINEs qui se promènent sur le rocher  
 
&&&  
 
 
C'était le jour du PERCE_NEIGE  
 
 
  
 
 
Il parait que ce nom peut être masculin ou féminin; on n'arrête pas le progrès!  
 
 
&&&   
 
 
C'est aujourd'hui, parait-il le nouvel an Chinois  
 
 
  
 
 
Bien sur puisque c'est la Nouvelle Lune[ Brr, fait tout noir la nuit]  
 
On quitte l'année du LAPIN, pour rentrer dans celle du DRAGON d'EAU, et en Chine nous sommes l'an 4710.  
 
 
&&&  
 
 
EVENEMENTS  
--------------  
 
 
1790, les Révoltés du BOUNTY[ Vous avez bien vu au moins UN film qui raconte l'histoire...] arrivent à l'île de PITCAIRN-?-[ Patience, je vais mettre une carte!] et s'y installent, ils brulent leur vaisseau et ne seront découverts que 18 ans plus tard...Ils consistaient en Christian Fletcher, le second, et 8 hommes avec leurs compagnes tahitiennes, qui sont problablement les ancêtres de ceux qui vivent encore aujourd'hui sur cette île...Histoire étonnante, s'il en est.  
 
 
  
 
 
Moi, ça m'aide à faire le point, tout le monde le sait que les Français sont nuls en Géo [Pour moi, c'est la faute à Soeur Saint-Paul, elle aurait endormi une marmotte en hibernation]  
 
 
&  
 
 
1933, MERMOZ rallie BUENOS_AYRES pour l'aéropostale  
 
 
 
 
 
 
 
&&&  
 
 
NAISSANCES  
--------------  
 
 
1783 STENDHAL 1842  
 
 
  
 
 
 
 
   
Mémoires d'un touriste (Voyage en Bretagne et en Normandie) (1838)   
Nantes, le 25 juin 1837.



Rien de plus désagréable en France que le moment où le bateau à vapeur arrive: chacun veut saisir sa malle ou ses paquets, et renverse sans miséricorde la montagne d'effets de tous genres élevée sur le pont. Tout le monde a de l'humeur, et tout le monde est grossier. Ma pauvreté m'a sauvé de cet embarras: j'ai pris mon sac de nuit sous le bras, et j'ai été un des premiers à passer la planche qui m'a mis sur le pavé de Nantes. Je n'avais pas fait vingt pas à la suite de l'homme qui portait ma valise, que j'ai reconnu une grande ville. Nous côtoyions une belle grille qui sert de clôture au jardin situé sur le quai, devant la Bourse. Nous avons monté la rue qui conduit à la salle de spectacle. Les boutiques, quoique fermées pour la plupart, à neuf heures qu'il était alors, ont la plus belle apparence; quelques boutiques de bijouterie éclairées rappellent les beaux magasins de la rue Vivienne. Quelle différence, grand Dieu! avec les sales chandelles qui éclairent les sales boutiques de Tours, de Bourges, et de la plupart des villes de l'intérieur! Ce retour dans le monde civilisé me rend toute ma philosophie, un peu altérée, je l'avoue, par le froid au mois de juin, et par le bain forcé de deux heures auquel j'ai été soumis ce matin. D'ailleurs le plaisir des yeux ne m'a point distrait des maux du corps. Je m'attendais à quelque chose de comparable, sinon aux bords du Rhin à Coblentz, du moins à ces collines boisées des environs de Villequier ou de la Meilleraye sur la Seine. Je n'ai trouvé que des îles verdoyantes et de vastes prairies entourées de saules. La réputation qu'on a faite à la Loire montre bien le manque de goût pour les beautés de la nature, qui caractérise le Français de l'ancien régime, l'homme d'esprit comme Voltaire ou La Bruyère. Ce n'est guère que dans l'émigration, à Hartwell ou à Dresde, qu'on a ouvert les yeux aux beautés de ce genre. J'ai ouï M. Le duc de M... parler fort bien de la manière d'arranger Compiègne.

Je suis logé dans un hôtel magnifique, et j'ai une belle chambre qui donne sur la place Graslin, où se trouve aussi la salle de spectacle. Cinq ou six rues arrivent à cette jolie petite place, qui serait remarquable même à Paris.

Je cours au spectacle, j'arrive au moment où Bouffé finissait le _Pauvre Jacques_. En voyant Bouffé, j'ai cru être de retour à Paris; Bouffé, de bien loin, à mes yeux, le premier acteur de notre théâtre. Il est l'homme de ses rôles, et ses rôles ne sont pas lui. Vernet a sans doute du naturel et de la vérité, mais c'est toujours le même nigaud naïf qui nous intéresse à lui par son caractère ouvert et par sa franchise. A mesure que ces qualités deviennent plus impossibles dans le monde, on aime davantage à les retrouver au théâtre.

Le _Pauvre Jacques_ est une bien pauvre pièce; mais ce soir, dans le dialogue du père avec la fille, je trouvais le motif d'un duo que Pergolèse aurait pu écrire; il écraserait tous les compositeurs actuels, même Rossini. Il faudrait quelque chose de plus profond que le quartetto de _Bianca e Faliero_ (c'est le chef-d'oeuvre d'un homme d'esprit faisant de la sensibilité). Les acteurs des Français, quand ils marchent sur les planches, me font l'effet de gens de fort bonne compagnie et de manières très distinguées, mais que le hasard a entièrement privés d'esprit. Chez eux, l'on se sent envahi peu à peu par un secret ennui que l'on ne sait d'abord à quoi attribuer. En y réfléchissant, on s'aperçoit que mademoiselle Mars, leur modèle à tous, ne saurait exprimer aucun mouvement un peu vif de l'âme, il ne lui est possible que de vous donner la vision d'une femme de très bonne compagnie. Par moments, elle veut bien faire les gestes d'une folle, mais en ayant soin de vous avertir, par un petit regard fin, qu'elle ne veut point perdre à vos yeux toute sa supériorité personnelle sur le rôle qu'elle joue.

Quelle dose de vérité faut-il admettre dans les beaux-arts? Grande question. La cour de Louis XV nous avait portés à échanger la vérité contre l'élégance, ou plutôt contre la distinction: nous sommes arrivés à l'abbé Delille, le tiers des mots de la langue ne pouvaient plus être prononcés au théâtre; de là nous avons sauté à Walter Scott et à Béranger.

Si Amalia Bettini et Domeniconi, ces grands acteurs de l'Italie, pouvaient jouer en français, Paris serait bien étonné. Je pense que, pour se venger, il les sifflerait. Puis quelqu'un découvrirait que l'on reconnaît à chaque pas dans les salons les caractères qu'ils ont représentés au théâtre.

J'étais tellement captivé par la façon dont Bouffé faisait valoir cette méchante pièce du _Pauvre Jacques_, que j'ai oublié de regarder l'apparence de la société bretonne. La salle était comble.

Ce n'est qu'en sortant que je me suis rappelé la physionomie de mademoiselle de Saint-Yves de l'_Ingénu_: une jeune Bretonne aux yeux noirs et à l'air, non pas résolu, mais courageux, qui sortait d'une loge de rez-de-chaussée et a donné le bras à son père, a représenté à mes yeux les héroïnes de la Vendée. Je déteste l'action de se réunir à l'étranger pour faire triompher son parti; mais cette erreur est pardonnable chez des paysans, et quand elle dure peu. J'admire de toute mon âme plusieurs traits de dévouement et de courage qui illustrèrent la Vendée. J'admire ces pauvres paysans versant leur sang pour qu'il y eût à Paris des abbés commendataires, jouissant du revenu de trois ou quatre grosses abbayes situées dans leur province, tandis qu'eux mangeaient des galettes de _sarrasin_.


  
  
 
C'est un peu différent de ses romans..  
 
 
&  
 
1832, Edouard MANET, 1883  
 
J'aime bien ce portrait qu'il a fait de ses parents, ça change un peu du "Déjeuner sur l'herbe" ou de l'"Olympia"- je les aime n'empêche! mais je suis d'humeur changeante aujourd'hui]  
 
 
 
 
 
&  
 
1910, Django REINHARD 1953  
 
Je savais qu'il était manouche, mais je savais pas qu'il était manouche BELGE  
 
 
  
 
 
&  
 
 
1928, Jeanne MOREAU  
 
 
  
 
 
 
  
 
 
&&&  
 
 
à demain  
 
 
Dame-Ondine  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


_________________
Life is wonderful


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 23 Jan - 10:51 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Marco57
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2009
Messages: 3 797
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 23 Jan - 14:16 (2012)    Sujet du message: lundi 23 janvier...12 Répondre en citant

^^ ok merci  Okay
_________________
MarKus deux cendres...

Cendres de mon coeur, parfois celle de l'âme
Poète, esprit libre, solitaire et solidaire.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:57 (2017)    Sujet du message: lundi 23 janvier...12

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Arts et Poésie Index du Forum -> L'éphéméride des Lézards -> Ephéméride et Almanach du jour Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
World of Warcraft phpBB template "WoWMoonclaw01" created by MOONCLAW/MAËVAH(EU-Sinstralis/EU-Illidan) (v1.05) - http://www.wowcr.net/templates
© World of Warcraft and Blizzard Entertainment are trademarks or registered trademarks of Blizzard Entertainment, Inc. in the U.S. and/or other countries. wowcr.net is in no way associated Blizzard Entertainment.
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com